Et le premier robot humanoïde apparut

L’Histoire retiendra que c’est en Espagne que naquit au début des années 2010 le premier robot humanoïde capable de se mouvoir de façon complètement autonome. Reem-C – c’est son nom- a été présenté en avant-première lors du dernier salon Innorobo en mars dernier. Mais les inconditionnels de robots devront s’armer de patience avant d’en acquérir un, son prix de 300 000 euros devrait en effet en refroidir plus d’un.

Tous les amateurs de SF ont été bercés par les récits et les grandes sagas de robots -humanoïdes de préférence- qui peuplent les récits et les films du genre.

Toute une mythologie de robots et d’android à disposition

Du robot R2D2 de la saga de «la guerre des étoiles» à l’adorable petit E-robot, le robot éboueur, en passant par Robby le robot du film mythique «planète interdite», véritable bonne à tout faire et mini usine sur roulettes, le robot est un vieux rêve de l’Humanité. Formé à son image, le robot est LA créature de l’homme qui s’est enfin hissé au même niveau que Dieu, son créateur. L’homme, après avoir domestiqué les animaux et la nature, cherche à rendre donc la matière inerte intelligente pour en faire une armée de serviteurs afin de mieux s’affranchir des tâches les plus ingrates et les moins valorisantes de sa vie. Dévolus ainsi aux travaux les plus difficiles -surtout ceux exigeant une grande force physique- au ménage, à l’assistance technique de l’être humain ou à l’exploration de mondes extraterrestres, les robots dans les romans de SF sont au service de l’homme. Mais gare à l’intelligence artificielle qui une fois greffée dans le cerveau du robot humanoïde se développe jusqu’à devenir plus grande que celle de son créateur. Le robot dépasse alors l’homme et devient son maître.

Reem-c: une évolution majeure dans sa conception

Reem-C -et c’est déjà pas si mal- peut se mouvoir de façon complètement autonome donc à l’aide d’une simple télécommande Logitech d’ordinaire dévolue au maniement du jeu informatique. C’est un prototype, c’est à dire qu’il est sensé servir de base à des travaux de développement qui vont conduire à l’amélioration des connaissances humaines en matière de robotique puis à la création de modèles encore plus perfectionnés. Dotés de 2 processeurs Intel de type Core i7, la présence de faisceaux lasers au niveau des pieds lui permet de détecter les obstacles sur son chemin et de les appréhender. Reem-C possède un micro pour communiquer avec l’homme et une caméra en guise d’organe de la vue lui permettant de restituer sa vision en 3D sur un écran informatique à distance. Muni d’une batterie embarquée qui lui donne une autonomie de 3 heures, c’est sans doute ce qui se fait de mieux en matière de robot humanoïde à l’heure actuelle. Il possède 36 degrés de liberté et grâce à ses nombreux capteurs intégrés, il est capable d’analyser de manière intelligente de nombreux paramètres physiques essentiels à son bonne motricité. C’est un bon début pour une ère de robots qui s’ouvre mais il va falloir attendre encore un peu pour voir débarquer dans notre vie quotidienne de façon efficace et permanente une nouvelle génération d’humanoïdes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu